CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 22 FÉVRIER 2018

Voici le compte-rendu du Conseil Municipal du jeudi 22 février 2018.

Certains des sujets abordés :

– l’occupation du domaine communal par un prestataire pour entreposer des matériaux et gravats en entrée de ville, en venant de la Ménude (page 3 à 5). Lors de cette discussion, notre Groupe a demandé la liste des terrains appartenant à la commune (page 5). Le maire a donné son accord pour que ce document soit communiqué à l’opposition.

– le règlement intérieur du Service Éducation (page 5)

Comme d’habitude, le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE a refusé de voter les délibérations relatives au personnel de la commune, dans la mesure où aucun de nos élus n’est autorisé à siéger au Comité Technique (anciennement Commission Technique Paritaire).
Ce comité traite de l’organisation et du fonctionnement des services municipaux et de toutes les questions liées aux conditions de travail des agents.

Questions diverses posées par le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE :


– le litige portant sur la propriété du chemin de Pose Farine (chemin que s’approprie une habitante alors qu’il fait partie du domaine public). Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, lisez notre article sur le Conseil Municipal du 17 septembre 2015 en cliquant ici, ainsi que l’article trouvé sur le site Internet de la commune en cliquant ici.
– questions liées au changement de prestataire du cinéma de Plaisance

Cliquez ici : CONSEIL MUNICIPAL DU 22 FÉVRIER 2018

Nicole Régnault-Violon / Agnès Cerovecki

06 Mar 2018

CONSEIL MUNICIPAL : ÇA COMMENCE TOUJOURS BIEN, ÇA FINIT SOUVENT MAL…

Pour ceux qui ne peuvent pas assister au Conseil Municipal, voici deux dessins qui illustrent l’ambiance…

… surtout ne parlons pas de Val Tolosa,
ni d’Écran 7, ni du Chemin de Pose Farine !

… ils en ont parlé !!!

D’après une caricature de Caran d’Ache (dessinateur humoristique français d’origine russe) traitant de l’affaire Dreyfus parue dans Le Figaro du 14 février 1998 sous le titre « Un dîner de famille »

Pascal Barbier, tête de liste du Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE, déplore l’attitude du Maire et de certains de ses conseillers vis-à-vis de l’opposition (mail envoyé le 23/02/2018 à l’ensemble des conseillers de Plaisance du Touch) :

Je tenais, au nom du groupe RÉINVENTONS PLAISANCE, à revenir sur le Conseil d’hier soir et en particulier sur les propos qui ont été tenus en fin de séance.
Nous avons des divergences de point de vue. Pour autant, cela ne nous autorise pas à dépasser certaines limites de la politesse.
Certaines accusations sont graves, surtout lorsqu’elles ne sont pas fondées.

Pour l’exemple, Madame Cerovecki affirmait hier soir que Monsieur le Maire avait donné son accord pour étudier les conséquences d’une mise en régie (c’est en page 13 du compte rendu du Conseil du 23/11/2017 en pièce jointe). Les réponses données pour réfuter cette affirmation ont été plus que vigoureuses, suggérant que nous avions inventé ces propos.

Je répète, comme je l’ai dit hier soir, que nous (le groupe RÉINVENTONS PLAISANCE) n’avons jamais affirmé qu’il ne fallait pas respecter la loi. Bien au contraire.

En conséquence, nous souhaitons que les séances de Conseil se déroulent dans une ambiance plus sereine et que chacun s’attache (comme le font d’ailleurs beaucoup de conseillers) à respecter les autres.

L’incident a eu lieu à la suite d’une question de l’opposition sur la gestion du cinéma :

Suite à une de nos questions, Monsieur le Maire avait donné son accord de principe pour la création d’une commission destinée à étudier la possibilité de gérer le cinéma « en régie ». Quand cette commission sera-t-elle créée ? Pourrait-elle être composée de conseillers majoritaires ET de conseillers d’opposition ?

Comme à l’accoutumée, le Maire met en doute l’honnêteté de l’opposition.
Il nous avait bien dit qu’il n’était pas contre la mise en régie du cinéma (donc une gestion municipale au lieu d’une gestion par un prestataire extérieur).
Vous pouvez lire le compte-rendu du Conseil Municipal du 27/11/2017 en cliquant ici.

Trois mois après : « Non, non, je n’ai jamais dit ça ! », suivi d’un laïus sur l’opposition qui ne serait pas constructive (à entendre le Maire, nous sommes contre tout ???).

Lors de ce dernier Conseil, une autre délibération a donné lieu à une discussion virulente : il s’agissait d’accorder l’autorisation à une société de travaux publics d’entreposer des matériaux (surtout des gravats !) sur un terrain appartenant à la commune en entrée de ville, Route de Pibrac.
Nous avons expliqué qu’un tel dépotoir – car c’est bien de cela dont il s’agit -n’était pas judicieux en entrée de ville. Mais comme d’habitude, le Maire n’a pas fait grand cas de nos remarques. Sa majorité (silencieuse) votant comme à l’accoutumée les yeux fermés, il a donc obtenu ce qu’il voulait…

Vous pouvez lire cette délibération en bas de page 1 de la note de synthèse. Cliquez ici.
Vous pouvez lire la totalité des questions écrites de ce dernier Conseil Municipal. Cliquez ici.

Agnès Cerovecki et Nicole Régnault-Violon

01 Mar 2018

Réinventons Plaisance vous invite : 15 mars 2018

15 Fév 2018

CONSEIL MUNICIPAL DU MERCREDI 20 DÉCEMBRE 2017

Voici le compte-rendu du Conseil Municipal du mercredi 20 décembre 2017.

Certains des sujets abordés :

– le fonds de dotation de la ville de Plaisance du Touch, alimenté par des entreprises privées sur lesquelles le maire ne semble pas avoir envie de communiquer (page 3)

– des travaux d’aménagement des écoles Pagnol, Prévert et Kergomard (page 5)

– le lancement de la 5ème procédure de modification du Plan Local d’Urbanisme PLU (page 8)

Comme d’habitude, le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE a refusé de voté les délibérations relatives au personnel de la commune, puisqu’aucun de nos élus n’est autorisé à siéger au Comité Technique (anciennement Commission Technique Paritaire).
Ce comité traite de l’organisation et du fonctionnement des services municipaux et de toutes les questions liées aux conditions de travail des agents.

Cliquez ici : COMPTE-RENDU DU 20/12/2017

Nicole Régnault-Violon / Agnès Cerovecki

16 Jan 2018

UN NOUVEAU BUREAU POUR RÉINVENTONS PLAISANCE

L’Assemblée Générale ordinaire de l’association RÉINVENTONS PLAISANCE s’est déroulée le vendredi 1er décembre 2017.
Un nouveau Bureau a été élu.
Nous remercions chaleureusement la personne qui a mis à notre disposition, gracieusement, la salle de réunion nécessaire à cette assemblée.

02 Déc 2017

LES ÉLUS DE RÉINVENTONS PLAISANCE ATTAQUÉS POUR « DÉLIT D’OPPOSITION » !

Dans un communiqué du groupe majoritaire « Agir pour Plaisance » (liste du Maire) on peut lire la phrase suivante :
« Elle (Écran 7) s’est engagée dans un acharnement juridique, avec le soutien des élus d’opposition qui montre à l’évidence que leur volonté de déstabilisation coûte que coûte de la majorité municipale a pris le pas sur l’intérêt des Plaisançois. »
(NDRL : la faute d’orthographe est d’origine)

Non, l’opposition n’a pas la volonté de déstabiliser la majorité municipale.

MAIS…

Oui, l’opposition municipale a toujours défendu l’intérêt général des Plaisançoises et des Plaisançois.
Oui, l’opposition municipale a défendu l’association Écran 7.
Oui, l’opposition municipale a manifesté aux côtés de la population pour défendre son cinéma.
Oui, l’opposition municipale a condamné la précipitation de la Mairie sur ce dossier.
Oui, l’opposition municipale a dénoncé ce règlement de compte sur fond de dossier « Val Tolosa ».
Oui, l’opposition municipale a proposé à la majorité, en Conseil Municipal, de mettre tout en œuvre pour sortir de l’impasse, afin de mettre un terme à ce conflit.

Les élus de RÉINVENTONS PLAISANCE

24 Nov 2017

VAL TOLOSA : DES ALTERNATIVES EN RAYON

Un conseil :
ne manquez pas le JOURNAL TOULOUSAIN n° 762 daté du 2 novembre 2017 !

Enfin un bon dossier sur VAL TOLOSA : un vrai travail journalistique qu’il faut saluer !

Il est encore en vente dans tous les bons kiosques (1 €).
Vous pouvez aussi le consulter sur le site du Journal Toulousain

03 Nov 2017

RÉMI, IL Y A 3 ANS…

Bien triste anniversaire en ce 26 octobre… il y a tout juste 3 ans, la vie de Rémi Fraisse s’arrêtait brusquement.
Nous pensons à lui.
Nous assurons son père, Jean-Pierre, notre collègue et ami du Conseil Municipal et toute sa famille de notre soutien.

Les élus et le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE

25 Oct 2017

PLAISANCE-DU-TOUCH, TON UNIVERS IMPITOYA-A-BLE !

La mairie de Plaisance-du-Touch a demandé l’expulsion de l’association ÉCRAN 7 de l’Espace Monestié par la force publique.
LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A REFUSÉ.

Dans un communiqué sur son site, la mairie déclare qu’elle va « proposer aux dirigeants de l’association ÉCRAN 7 une tentative de conciliation afin de dénouer cette situation inextricable… »
En réalité, la « conciliation » a consisté à interdire l’entrée des locaux aux membres d’ÉCRAN 7 en changeant les codes d’accès.
« Petit » détail : ÉCRAN 7 n’avait donc plus accès au matériel dont il est l’unique propriétaire (fauteuils, matériel de projection, ordinateurs…) !

Finalement, trois jours plus tard, la mairie a rétabli les codes d’accès, car elle a sans doute réalisé l’absurdité et la violence d’un tel acte.

La mairie reconnait que la procédure toujours en cours durera au moins 18 mois. Si elle n’est pas capable de mener une négociation juste et équitable, qu’elle fasse appel à un négociateur !
Dans le cas contraire, les plaisançois seront effectivement privés de cinéma et ils ne pourront s’en prendre qu’aux élus en charge de ce dossier.

Nicole Régnault-Violon / Agnès Cerovecki

11 Oct 2017

CINÉMA ECRAN 7 : LES FÂCHEUX OUBLIS DE LA NOUVELLE CONVENTION

MEDIACITÉS, nouveau journal en ligne, principalement axé sur les enquêtes et l’investigation au cœur des métropoles régionales, vient de publier sur son site un article intitulé :

CINÉMA ÉCRAN 7 : LES FÂCHEUX OUBLIS DE LA NOUVELLE CONVENTION

Le journaliste Grégoire Souchay nous relate « l’affaire » et pointe certains éléments troublants.
En particulier pour ce qui concerne le contenu de la nouvelle convention d’occupation de l’espace public signée le 05 juillet 2017 par Louis Escoula, maire de la ville, avec l’un des fondateurs de l’association CAP. Un texte d’où il ressort que CAP n’a plus désormais les mêmes contraintes qu’ÉCRAN 7 en matière de « service public ».
Selon Maître Durant Raucher, avocat de l’association ÉCRAN 7, ces modifications ne sont pas anodines et pourraient être destinées à faciliter l’implantation d’un cinéma concurrent sur le territoire de la commune, par exemple, celle du fameux MULTIPLEX dont l’installation n’est plus autorisée « pour l’instant » par le C.N.C. suite au recours déposé et gagné par ÉCRAN 7.
Une victoire certes mais bien amère puisqu’elle a « coïncidé », peu après, avec la résiliation de la Convention d’occupation qui liait la ville à l’association. Une décision prise d’ailleurs par le maire de Plaisance du Touch sans consultation préalable du Conseil Municipal.
Quant au montant de la redevance que doit acquitter CAP pour pouvoir occuper les locaux, elle a mystérieusement disparu du document, alors que le maire claironne haut et fort que la gratuité de l’occupation des lieux est la « principale raison » de la remise en cause du contrat d’ÉCRAN 7, que si CAP a emporté le marché, c’est grâce à une offre financière nettement plus intéressante et qu’il ne faut pas chercher plus loin…

Nous avons donc là un contrat administratif entre une personne publique (le maire de la ville) et une personne privée (l’association CAP) sur lequel ne figure aucun engagement financier du contractant ?
Voilà un oubli extraordinaire. À moins qu’il ne s’agisse d’un exemple flagrant d’incompétence administrative ? Ou bien de tout autre chose ?

L’article de MÉDIACITÉS est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite de cet article, découvrez MÉDIACITÉS.

C’est gratuit pendant 24 heures et abonnements à partir de 1 € par mois

ALORS EXIT ÉCRAN 7 après 36 ans d’un travail associatif remarquable au service du public cinéphile de Plaisance du Touch et des environs ?
Hélas, cela risque fort d’être le cas.
Sans oublier les conséquences pour les 5 salariés de l’association qui vont se retrouver au chômage.
Quand on pense qu’au moment de la création de cette association Monsieur Escoula n’était même pas maire de Plaisance… on reste songeur.

Dernière minute :

Voici la  nouvelle convention « non censurée » remise aux conseillers municipaux de l’opposition lors du CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 14 SEPTEMBRE 2017. Pour la voir, cliquez ici.
Les commentaires à ce sujet dans un prochain article.

À SUIVRE…

27 Sep 2017

Visit Us On Facebook