Conseil municipal du 21 avril

Ce conseil municipal était consacré au budget.

Après quelques délibérations sans débats, le conseil examine le Compte Administratif 2010. Nous dénonçons une très faible réalisation sur les opérations d’investissement programmés (soit 4.7M€ sur 14M€). Il en résulte une immobilisation anormale d’emprunts, dénoncée également par la Chambre Régionale des Comptes. Le montant des annuités de ces emprunts inutiles se monte ainsi à 200 000 € pour 2010. Par ailleurs, ces pratiques, qui se répètent depuis de nombreuses années, rendent le budget illisible. Il est en effet impossible de savoir quels investissements seront programmés parmi ceux qui ont été listés. Lors de l’énoncé de ces différentes observations, le Maire surgit à plusieurs reprises pour intervenir dans le débat. Il viole pourtant la règle lui imposant un interdit de parole lors de l’examen du CA.

La revue du compte de gestion du budget Assainissement est le cadre d’un incident surprenant. P. Barbier rappelle que certains des investissements sont liés au projet des Portes de Gascogne. Il s’agit du renforcement de réseau du secteur de La Ménude, et de la réfection de la station de relevage du Poste Rivière. Ces travaux font suite à un avis défavorable du SDEA sur l’assainissement des Portes de Gascogne. Le maire s’emporte et à la stupeur générale se présente atteint dans son honneur.

Puis le maire présente son budget primitif 2011. Jamais un vote n’a été voté par si peu de conseillers. Beaucoup d’absents, et plusieurs d’entre eux n’ont pas donné de délégations. Plusieurs adjoints figurent dans les non-votants. S’agit-il d’oublis ou d’actes volontaires ?

L’UMP s’interroge sur l’utilisation de ce budget, et rappelle les piètres évaluations d’une enquête de La Dépêche. Nous manifestons également notre désaccord et nos inquiétudes sur les projets d’investissements retenus : L’achat de terrains injustifié à La Béguère, la réfection coûteuse de l’école des Arts, le projet de centre ville qui se réduit en peau de chagrin, et le danger d’une salle sans identité à Monestié. Nous appelons à affecter le budget pour structurer la ville et répondre aux besoins réels des Plaisançois.
Les débats sont difficiles pour le Maire, et le conseil s’achève avec une certaine souffrance. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visit Us On Facebook