QUI VA DÉGAINER LE PREMIER ?

Ils sont immobiles, ils s’observent, ils sont à l’affût… Force est pourtant de constater qu’à quelques semaines des élections municipales, on ne sait pas grand-chose de leurs programmes.

En attendant, observons les deux listes en présence…


PLAISANCE CITOYENNE (P.C.) – liste Barbier

Les listes citoyennes, c’est « tendance » !

Rappelons que les listes citoyennes sont nées en réponse à la méfiance grandissante des électeurs pour la politique et les partis politiques. Comment cette liste peut-elle se dire « citoyenne », puisqu’elle se réclame de gauche et soutenue par pas moins de 8 partis politiques ?
Avons-nous vraiment envie de voir Plaisance-du-Touch gérée par la FRANCE INSOUMISE, le PARTI SOCIALISTE, le PARTI COMMUNISTE, E.E.L.V. et par 4 autres partis de gauche pas vraiment connus ???

Cette liste, dans ses communications, annonce un fonctionnement tellement démocratique que la tête de liste serait désignée par tous les co-listiers… bla bla bla…
Comme partout, les ambitions sont connues.
Pascal Barbier veut être maire (il ne s’en est jamais caché), même s’il prétend officiellement qu’il laisserait volontiers la place à la n° 2 de la liste, totalement inconnue de la population.

Le cas de Rémi Demersseman : ex co-listier de Louis Escoula dont il aurait aimé prendre la place, pour finalement s’afficher comme un de ses soutiens officiels aux dernières élections (voir le tract de Louis Escoula 2014)… après avoir annoncé qu’il n’était candidat à rien, il se présente finalement comme candidat à la présidence de la Communauté de Communes (CCST).
Mais qu’est-ce qui lui fait penser que les maires des différentes communes de la CCST et leurs conseillers voteraient pour lui ?… à moins qu’une stratégie « magouille », pardon « politicienne » soit déjà en cours de préparation ? On se rappelle comment, en 2014, l’ancien maire de La Salvetat, ayant perdu l’élection, a réussi, grâce à de « grandes amitiés », à se faire élire « vice-président » de la CCST (voir article sur la 1ère séance de la CCST de 2014).

Les photos publiées jusqu’à présent montrent des candidats regardant vers le ciel. C’est un concept… la gestion d’une commune se lirait peut-être, selon eux, dans les étoiles ? Nous en jugerons dès que leur programme sera sur orbite.

En attendant, suggérons-leur d’arrêter les « coups bas » :

• Telle la publication sur Facebook d’une photo et de commentaires assez malveillants sur leur concurrent, le maire actuel : un « post » nauséabond, déposé durant l’été 2019, qui a disparu des écrans avec le début de la campagne… mais Internet et les électeurs n’oublient rien.

• Tel le commentaire de M. Demersseman sur la page Facebook de RÉINVENTONS PLAISANCE : un « post » dans lequel il a inséré le lien Internet du site de la liste P.C. avec, en prime, la photo de Pascal Barbier, celui-là même qui a quitté RÉINVENTONS PLAISANCE pour virer à gauche-gauche. Manipulation politicarde ou sottise ? mystère… (voir capture écran Facebook)

 

ENSEMBLE, AVANÇONS POUR PLAISANCE (E.A.P.P.) – liste Guyot (l’héritier escoulien ?)

1er motif d’étonnement

Ce n’est pas un secret, chacun sait que cette liste s’inscrit dans la continuité, l’héritage de Louis Escoula qui fut maire pendant 30 ans.

Il y a cependant une différence fondamentale, la liste E.A.P.P. est « sans étiquette », elle n’est plus estampillée P.S., comme celle de son prédécesseur.
D’un coup de baguette magique, les anciens socialistes sont devenus membres de L.R.E.M.
Pourquoi ? Eh bien parce qu’une liste sans étiquette offre l’avantage de déjouer la défiance croissante et le désamour des français vis-à-vis des partis politiques traditionnels.

Ainsi donc, Philippe Guyot, le maire actuel, qui fut d’abord JOC, puis membre du PC et, pour finir, P.S pendant de nombreuses années (1996 à 2018) a bénéficié d’un « relooking express », le voilà maintenant « sans étiquette ».

La liste a reçu le soutien de L.R.E.M., pas l’investiture… il y a une nuance, semble-t-il. Pas facile de s’y retrouver !
En tout cas, avec 22 candidats encartés, c’est plutôt une liste multi-étiquettes !

2ème motif d’étonnement

Sans dévoiler son programme dans le détail, la liste E.A.P.P. annonce « qu’à partir de dorénavant et jusqu’à désormais » ils appliqueront la méthode de la « co-construction » durant leur mandat.
Voilà un changement radical. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait avant ?

Si on avait demandé l’avis des plaisançois sur le projet Val Tolosa, on n’aurait sans doute pas laissé les promoteurs s’emparer de tout le plateau de la Ménude.

On aurait aussi pu, par exemple, demander aux plaisançois ce qu’ils pensaient :
• de la construction de 250 logements sur l’emplacement de l’îlot St Jean (en comptant 1 voiture et ½ par logement, cela fait 375 voitures de plus dans le flot de la circulation…)
• du projet de la médiathèque (son emplacement, son contenu, etc.) ?
• du parcours du Linéo 3 (via l’avenue des Pyrénées ou une autre voie) ?

Attendons donc maintenant les programmes…
Bref, entre deux maux, il va falloir choisir le moindre ou bien voter blanc… Un dilemme digne de Corneille (le dramaturge, pas le chanteur !).

Agnès Cerovecki / Nicole Régnault-Violon

RAPPEL : ces chroniques n’engagent que les deux signataires et non pas le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE dans sa totalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visit Us On Facebook