Centre-ville

Tract de mi-mandat

Nous sommes arrivé à la moitié de notre mandat. Nous vous invitons pour faire avec vous le point sur nos actions et partager notre vision de l’avenir pour Plaisance.

Réunion publique
Mercredi 11 mai 2011 à 20h30
au pigeonnier de campagne



Pour plus d’informations, lisez le tract qui résume notre suivi des activités de la commune.

05 Mai 2011

Conseil municipal du 25 février 2011

Le conseil démarre par une nouvelle entorse à la loi : Le Maire refuse de convoquer Pascal Barbier (remplaçant de Dominique Maurin, démissionnaire)  et d’appliquer une procédure pourtant rappelée au Journal Officiel.

Autre décision contestable : La décision de transférer les voiries et réseaux d’un lotissement qui n’est pas sorti de terre. Ce lotissement du Sénéchal avait déjà fait l’objet d’une tentative de délibération au conseil du 25 Novembre 2010, que le maire avait été contraint de retirer. Nous avions démontré qu’elle conduisait le contribuable à financer pour 70 k€ un projet de construction d’un promoteur privé. Qu’avons nous acheté dans ces rétrocessions ? Des voiries ou des chemins en terre ? Aucune convention n’est jointe à la délibération… Nous attendons des éclaircissements.

Les autres points marquants concernent les questions diverses que nous avons posées :
  • Nous avons indiqué notre inquiétude du manque d’informations sur le projet de centre-ville, à la fois vis à vis des élus minoritaires et des commerçants. Le maire a répondu que quelques élus et commerçants construisent ce projet, qui sera ensuite présenté aux minoritaires et commerçants dans un second temps. Cette réponse confirme que ce projet municipal est bâti entre initiés (ou pseudo initiés), et qu’il sera difficile pour ceux qui n’y participent pas de proposer des modifications.
  • Nous avons demandé au conseil de manifester sa préoccupation au maire de Tournefeuille au sujet d’un projet de Rond Point, chemin de Ramelet Moundi, pour 2M€. Ce projet n’intègre pas la création de couloir bus. Pour deux fois ce budget, l’équipement de couloir bus sur la totalité de la RD50 était possible, et ce projet nous semble pourtant prioritaire. M. Escoula a répondu avec dérision, s’interrogeant sur l’efficacité de notre bonne relation avec M. Raynal. Cette ironie est hors de propos. Le sujet nous semble important. Nous agissons dans le seul intérêt des plaisançois et en particulier des lycéens, qui seront condamnés pour encore très longtemps à rejoindre le lycée du Mirail. Nous convenons d’écrire au maire de Tournefeuille.
Tout le long du Conseil, Mr le Maire a encore une fois montré qu’il ne fait pas grand cas des groupes minoritaires, surtout quand ceux-ci font des remarques ou des propositions concrètes : Ironie, moquerie, dédain… tout y passe !

13 Mar 2011

Conseil municipal du 25 novembre 2010

3 points sensibles à l’ordre du jour de ce conseil du 25 novembre:
1) La validation du concours restreint (choix du lauréat) du projet de réaménagement du centre ville (disons plutôt de la place Bombail).
Nous nous sommes abstenus de voter, le périmètre de ce projet étant bien en deçà de ce que nous avions préconisé il y a un an. De même, nous nous sommes étonnés de la disparité des projets des 3 candidats retenus pour le concours final: Comment a-t-on pu arriver à une telle situation alors qu’il y avait initialement 26 candidats qui ont répondu au cahier des charges ?
2) L’adoption du programme, de l’enveloppe financière et du lancement du concours restreint de l’opération d’extension du complexe Monestié. L’extension de ce dernier sera achevée au mieux d’ici fin 2012.
Derrière ces deux programmes, nous sommes inquiets de voir autant de chantiers se lancer simultanément sur la commune, alors que d’autres sont déjà très en retard. Pour rappel:
– L’extension de l’École Rivière, prévue déjà en 2009
– La rénovation de l’École des Arts, les cours de musique étant déplacés depuis plus de 3 mois dans des locaux provisoires.
– La construction de la nouvelle crèche, au moins un an de retard.
– La rénovation de la maison Guitard.
3) Dernier point « sensible » de ce conseil : La Participation pour Voirie et Réseaux sur la rue d’Encrabe (secteur Nord): Il s’agissait d’une délibération spécifique pour l’adaptation et l’établissement des réseaux sur cette rue. Ce point, même ajourné, a fait l’objet d’une discussion vive entre le Maire et les élus minoritaires.

En résumé :
Les frais d’aménagement de la voirie, rendus nécessaires par le projet de construction d’un promoteur, sont répartis uniformément entre les terrains susceptibles d’être construits, même sur ceux où les propriétaires n’ont pas l’intention de faire quoi que ce soit.
– La mairie avancera les frais d’aménagement et se fera rembourser au fur et à mesure des constructions effectives.
– D’un certain point de vue, ce seront les contribuables qui supporteront les « non constructions » sur la rue concernée !!! Et qui subventionneront au final le promoteur pour 70k euros !
Devant nos objections, et la présence des riverains concernés, le projet de délibération a été retiré.

07 Déc 2010

Y a-t-il un pilote pour le Centre Ville ?

Les Plaisançois ont répondu massivement présents à l’appel de « La Rue est à Nous » début Juillet. Ils témoignent ainsi leur attente dans un centre ville vivant, lieu de rencontres, de convivialité, de liens intergénérationnels. C’est ce centre ville que nous devons réinventer : Animé de commerces, services, loisirs, professions libérales et de santé, il tissera des liens entre Plaisançois.

2 ans après le lancement du projet Centre-ville…

Le constat de cette rentrée 2010 est sévère :

• Le centre-ville continue de perdre commerces et services (dont le centre de radiologie), qui ont récemment migré vers le centre Bernadet,
• C’est dans ce nouveau centre commercial que s’installent des enseignes ayant un projet sur Plaisance. Certaines, à forte notoriété, n’auraient elle pas pu être des locomotives dans le projet de centre ville ?
• Enfin, avec l’épée de Damoclès des Portes de Gascogne, quelle nouvelle enseigne du secteur de l’habillement prendra le risque de s’installer dans la bastide ?

Dans ce contexte, quel sera donc le projet de revitalisation pour le centre ville ? Ne peut-on pas craindre qu’il se limite aux commerces de bouche, ou au projet d’habitation ?

Une absence de stratégie

L’apparition du centre Bernadet, en anticipation et sans cohérence par rapport au projet de Centre ville, met en évidence l’absence de stratégie dans l’aménagement commercial de la ville. Si Bernadet va étoffer l’offre commerciale de proximité, il contribue à disperser les implantations commerciales et impose l’usage de l’automobile. Il fragilise le projet de la bastide. Pourquoi le maire n’a-t-il pas fait usage de ses prérogatives en matière d’urbanisme commercial et intégré la conception des deux projets dans une réflexion d’ensemble ?

Ne reproduisons pas cette erreur à l’avenir. La reconversion partielle des Portes de Gascogne en un projet de centre-ville est possible ! Les distributeurs travaillent sur de tels concepts pour succéder aux centres commerciaux périphériques désuets.

Nous sommes persuadés de la viabilité d’un véritable projet de centre ville, alliant une continuité commerciale entre les Places Verdier et Bombail, avec l’avenue des Pyrénées revitalisée, un centre Saint Nicolas ouvert sur le Touch et Campagne, un projet patrimonial « Art et Artisanat » dans la bastide, un pôle culturel et dédié à la jeunesse à Monestié, une place Bombail aménagée en lieu de vie.

Plus d’infos sur http://reinventonsplaisance.fr/

Hervé LEGAY, Dominique MAURIN, Xavier SMITH

15 Août 2010

Contribution de Réinventons Plaisance sur les orientations du projet Centre-ville

Lors du conseil du 19 novembre dernier, les élus minoritaires ont été invités à contribuer à l’élaboration du cahier des charges pour le projet d’aménagement du centre-ville. L’équipe Réinventons Plaisance a indiqué ses suggestions dans un document qui a été remis à l’équipe majoritaire ce mardi 15 décembre 2009.

Le document est consultable ici

16 Déc 2009

Le point sur le projet Centre Ville

Le 9 octobre dernier, trois cabinets d’urbanisme ont présenté leurs recommandations pour l’aménagement de la place Bombail, à quelques élus, commerçants choisis et personnels communaux. Ces études concernaient les aspects architecturaux, commerciaux et déplacement.

Le cahier des charges sur lequel les partenaires ont travaillé était très contraignant :

  • Le projet est principalement un projet d’habitation et de logement social (environ 70 logements), avec des bâtiments en R+2 et R+3, l’installation de commerces en rez-de-chaussée, et de professions libérales au premier étage ;
  • L’idée globalement étant de combler pour moitié la place Bombail par des habitations et commerces par îlots, la seconde partie étant dédiée à une place avec halle, et une supérette ;

A noter de plus :

  • La réflexion a été focalisée sur l’aménagement de la place Bombail, et non élargie sur le devenir de tout le Centre Ville, incluant la bastide, l’avenue des Pyrénées, le Centre Saint Nicolas 1, la Place Verdier et l’emplacement de la future Mairie ;
  • Les promoteurs immobiliers sont déjà choisis (Promologis et Les Chalets) ;
  • Aucun cadrage financier, aucune structure juridique d’aménagement n’ont été discutés.
  • Pas de mention concernant le devenir de la salle des fêtes.

Ni les commerçants, ni les Plaisançois n’ont été concertés sur cet aménagement d’une incidence considérable pour le devenir de leur ville. Une vaste consultation aurait été nécessaire, qui aurait permis aux Plaisançois d’encore mieux s’approprier leur ville.
La municipalité risque donc de développer un projet qui ne correspond pas aux attentes des Plaisançois.
Lors du Conseil Municipal du 22 octobre, nous avons demandé cette consultation. Le maire souhaite figer au contraire au plus vite les caractéristiques du projet, au travers d’un concours de maîtrise d’œuvre sur le scénario 3, qui a eu la préférence des participants à la réunion.

Plus de précisions sur les scénarii, et le projet

12 Nov 2009

Présentation du projet Centre-Ville aux commerçants (20 Avril 2009)


Agrandir le plan

Lundi 20 Avril, le Maire a convié les commerçants pour leur exposer le projet Centre-Ville. Les élus minoritaires n’ont pas été invités, ce qui n’est pas acceptable. Nous nous sommes donc rendus à cette réunion.

Les présentations successives ont exposé le projet du tramway, les considérations urbanistiques pour renouveler un centre-ville, les considérations commerciales, et l’avant projet de la place Bombail. Cette dernière était plus la concrète:

– Démolition de la Poste et de la salle des fêtes.
– Construction de bâtiments en R+3, pour accueillir des commerçants en rez de chaussée, des professions libérales au premier étage, puis des logements aux étages suivants. Cette orientation nécessite une révision du PLU (Plan local d’urbanisme).
– Ouverture vers la rue des écoles (et non vers le Touch et la bastide), pour capter le trafic de la rue des Ecoles (12500 véhicules/jour). Ce point est contestable, car le potentiel d’extension est vers le Touch.
– Construction d’un parking souterrain d’un niveau pour les commerçants et les habitants (300 places). En surface, aménagement de 200 places de proximité pour les clients.
– Le projet est basé sur l’accueil d’une supérette à l’emplacement de la poste.
– Le calendrier prévu: démolition fin 2010, construction du parking fin 2011, et achèvement des travaux fin 2012.

Nous avions défini la rénovation du centre-ville comme l’un des axes majeurs de notre campagne en 2008 (consulter ici notre tract). Nous nous félicitons de cet objectif partagé. Toutefois, il est basé sur des hypothèses non stabilisées:
– Projet de tramway sur la RD632, qui ne devrait pas voir le jour avant 2020. Il y a un an, Mr le Maire annonçait le projet pour 2013, il parle maintenant de 2017 en version optimiste.
– Incertitude sur le projet des Portes de Gascogne, qui n’a jamais été évoqué, ni par les intervenants, ni par les auditeurs. On a le sentiment d’un sujet tabou.

Aussi subsistent les interrogations suivantes à l’issue de cette réunion:
– Comment peut on garantir que les études qui démarrent seront utiles, si elles s’appuient sur du virtuel ?
– Sachant que les investisseurs redoutent les incertitudes, comment peut-on bâtir un schéma commercial du centre ville, sans vision sur le devenir du projet des Portes de Gascogne ?

Nous souhaitons que la concertation soit la plus large possible avec la population et les commerçants concernés. Nous demandons, une fois encore, à être associés à la réflexion sur ce projet.

27 Avr 2009

Visit Us On Facebook