Equipements de la ville

ACCUEIL DES SENIORS : UNE PROPOSITION DU GROUPE « RÉINVENTONS PLAISANCE »

Lors de la réunion du CCAS du 5 avril 2018, deux élues de RÉINVENTONS PLAISANCE (Agnès Cerovecki et Nicole Régnault-Violon) ont regretté l’absence de Résidence Seniors publique à Plaisance, comme il en existe dans de nombreuses communes, dont plusieurs communes voisines (Cugnaux, Tournefeuille…).
Après discussion, Monsieur Escoula a suggéré à nos deux élues de lui faire un rapport sur le sujet.
Le groupe RÉINVENTONS PLAISANCE est particulièrement sensible à l’amélioration de la vie des seniors dans notre cité. Nos deux élues ont donc accepté de faire ce travail car, bien que dans l’opposition, nous n’avons pas d’état d’âme quand il s’agit d’œuvrer pour la collectivité.
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez prendre connaissance de ce document qui sera présenté lors de la réunion du CCAS ce lundi 28 mai 2018.
Rapport sur l’accueil des personnes âgées

28 Mai 2018

CLAP DE FIN POUR ÉCRAN 7 ? – LA CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE

Par 25 voix contre celles des 8 élus du GROUPE REINVENTONS PLAISANCE, le CONSEIL MUNICIPAL du 29 JUIN 2017 décide de révoquer son prestataire historique : l’Association ÉCRAN 7 qui gérait depuis toujours le cinéma de PLAISANCE DU TOUCH.

Les élus du GROUPE REINVENTONS PLAISANCE ont quitté la salle en GUISE de PROTESTATION.

Pourquoi détruire cette ASSOCIATION PLAISANCOISE qui depuis 36 ans s’occupe de notre CINÉ pour le plus grand bonheur des petits et des grands, des jeunes et des moins jeunes, des écoles, des collèges, des comités d’entreprise,  etc.

Pourquoi changer de prestataire ?

Parce que cette petite association, ce petit groupe qui compte 5 salariés et une trentaine de citoyens bénévoles a osé défier les PUISSANTS ?

Les PUISSANTS ? Qui sont-ils ?

Voici leurs noms : PAR ORDRE D’APPARITION à L’IMAGE

  • LE MAIRE DE PLAISANCE DU TOUCH : LOUIS ESCOULA
  • LES DEUX MULTINATIONALES qui projettent de s’approprier le plateau de la Ménude, donc nos terres, donc le patrimoine de nos enfants :
    • La SOCIETE UNIBAIL RODAMCO – grand promoteur qui veut construire le méga centre commercial VAL TOLOSA sur le plateau de la Ménude.
    • La SOCIETE PATHE GAUMONT – distributeur de films –qui veut construire un multiplexe de 11 salles – toujours sur le plateau de la Ménude.

Qu’a donc fait ÉCRAN 7 de si terrible ?

(suite…)

05 Juil 2017

Conseil municipal du 26 septembre 2013

Le conseil du 26 Septembre a confirmé les inquiétudes que nous avions exprimées depuis plusieurs années, et que nous avions précisées lors du vote du budget.
Les caisses sont vides. La cagnotte et les recettes générées par la vente des terrains de La Ménude ont été dilapidées dans d’énormes dépassements sur les opérations en cours :
• Sur L’eEspace Monestié, le montant initial annoncé en 2011 était de 5.760 M€. Cet équipement est estimé aujourd’hui à 9.184 M€, soit près de 60% de dépassement. Le cout du seul parking revient à 1.4M€ !
• Sur le centre-ville, le montant initial annoncé en 2011 était de 4.500 M€. Cette opération est estimée aujourd’hui à 6.989 M€, soit plus de 53% de dépassement.

La commune est aujourd’hui contrainte à souscrire 2 M€ d’emprunts.

parking-monestie

Comment expliquer que ce parking ait couté 1,4 M€ ?

Depuis le début de la mandature, le groupe Réinventons Plaisance demande une planification pluriannuelle des investissements, et un état précis du patrimoine. Nous avons été rejoints dans cette demande par la Chambre Régionale des Comptes. L’équipe majoritaire a alors été contrainte à mettre en place une programmation financière des grands programmes. Elle ne l’a toutefois pas respectée.

Tous les équipements de l’ère Escoula ont été marqués par des dépassements conséquents. Ils traduisent un manque de respect pour le contribuable plaisançois, et une méthode de gestion totalement dépassée, qui génère des gaspillages que nous devons tous assumer financièrement !

08 Oct 2013

Conseil municipal du 27 juin 2013

Les délibérations les plus importantes de ce conseil de juin concernent le complexe Monestié.

cm-juin1Nous avons voté la convention avec Ecran 7 sur la mise à disposition de locaux pour le cinéma. Le cinéma constitue la seule animation pour les jeunes. Nous observons qu’il s’agit d’un équipement de qualité professionnelle et un investissement conséquent pour les Plaisançois. Nous lui souhaitons du succès, nous souhaitons aussi que l’association qui est soutenue aujourd’hui puisse participer demain, par le biais de ses recettes, au financement d’autres équipements qui font cruellement défaut.

cm-juin2

Monestié: Des surcouts très conséquents

Nous refusons de voter les avenants très conséquents pour l’espace Monestié. Le projet sur le bâtiment, qui était initialement de 3.6 M€, est maintenant à 6.2 M€. Nous dénonçons cette non maitrise des couts, et le manque de visibilité de ces travaux supplémentaires vis-à-vis du budget de notre commune. De plus, nous sommes très inquiets de l’isolation du bâtiment. La commune devra le mettre aux normes dans les cinq prochaines années, ce que le maire ne dément pas.
Parmi les autres points à retenir, le renouvellement de l’appel d’offres de la restauration scolaire, qui a été traité sans notre participation, avec la priorité absolue sur le prix (1,5 € le repas), sans intégrer des exigences de proximité et de qualité.

31 Août 2013

Quelle intercommunalité pour Plaisance ?

Depuis de nombreuses années, nous défendons le rattachement à la métropole, plus adaptée à la typologie de notre ville. Après avoir longtemps, dans la parole et dans les actes, prôné l’option inverse, M. Escoula a récemment évolué vers nos arguments. Il tente alors de justifier ses atermoiements : « Tant que nous sommes pauvres, nous rattacher à la métropole n’a pas d’intérêt, car si nous nous développons, nous devrons partager les fruits de notre développement ».
Au contraire : tant que nous sommes pauvres ,rattachons nous à la métropole. Nous pourrons alors bénéficier de l’efficacité de compétences mutualisés, et d’investissements inaccessibles tant que nous serons isolés. Nous estimons à 4M€ le manque de ressources chaque année lié à un mauvais choix d’intercommunalité.

La Communauté de Communes de la Save au Touch (CCST), dont M. Escoula est le président, est une coquille vide. Les compétences partagées de notre communauté de communes rurales sont sans impact sur la vie des Plaisançois. N’y figurent ni le développement économique, ni l’urbanisme, ni le transport. De plus, les mutualisations possibles ne sont pas mises en œuvre :
•    Équipements : Plaisance et La Salvetat ont construit séparément leurs cuisines centrales.
•    Tourisme et environnement : huit postes ont été créés pour un projet d’Agenda 21 qui reste embryonnaire.
•    Action culturelle et sportive : aucun projet structurant.
•    Communication : pas même un site internet

La Chambre Régionale des Comptes en 2010 s’interrogeait sur les ressources inemployées très importantes, préconisant de réajuster ses compétences. Elle dénonçait également l’improvisation financière. C’est donc logiquement que le préfet demandait sa dissolution.

En regard, Toulouse Métropole, c’est
•    Un budget de 100 M€ qui est mobilisé pour les transports,
•    Un urbanisme dessiné l’échelle de l’agglomération, garantissant cohérence générale et efficacité, et diminuant le risque de clientélisme et conflit d’intérêts,
•    Le cofinancement des infrastructures culturelles et sportives,
•    Une véritable politique de promotion touristique,
•    Des outils pour organiser le développement économique…

Les élus et l’équipe de “Réinventons Plaisance”
Hervé Legay, Catherine Leviaux-Navarro, Pascal Barbier
http://www.reinventonsplaisance.fr

06 Juil 2013

Une Gestion d’un autre temps

Les élus Réinventons Plaisance n’ont pas donné quitus au maire pour la gestion de la commune, pour de nombreuses raisons que nous détaillons dans le document d’analyse disponible ici . Concentrons-nous ci-dessous sur deux d’entre elles:

Le manque de planification et de visibilité à long terme

Comme tous les ans, plusieurs projets votés au budget de 2012 n’ont pas été réalisés. Pourtant, le financement correspondant (impôts, emprunts) a été mobilisé, générant près de 250 K€ de gaspillages en frais financiers. Au fil des exercices, c’est une cagnotte de plusieurs millions d’euros qui a ainsi été accumulée, alors que la ville souffre du manque de réalisations.
Au niveau des dépenses de fonctionnement, nous déplorons le manque d’investissement (isolation, rénovation du parc public, entretien) qui conduit à des dépenses élevées notamment en matière d’énergie, une trop faible utilisation des nouvelles technologies pour réduire les coûts et accroître le service à l’usager. Un personnel municipal largement constitué de contrats précaires doit alors pallier à ces déficiences.


Une politique féodale

Mais au-delà de cette gestion archaïque, c’est la vision même de la gouvernance de la ville qu’il faut remettre en question. Et surtout deux éléments fondamentaux : la démocratie et la coopération.
Le maire à Plaisance est un chef qui ne partage, ni ne délègue le pouvoir ; même pas aux conseillers. Les phases de concertation dans les grands projets ne sont que des exercices d’information sur des décisions déjà prises.
Longtemps nous avons entendu un discours qui prônait les mérites de la communauté de communes rurale à laquelle nous appartenons. « Intégrer la métropole Toulousaine conduirait à la perte totale d’autonomie de notre commune » !
Nous subissons aujourd’hui les conséquences de cette politique d’isolement: nous sommes incapables de lancer les grands projets dont nous avons besoin et qui auraient pu se faire depuis longtemps dans la mutualisation. Nous estimons à 4 M€ annuels le coût de notre isolement.
 

Pour le détail de cette analyse, le retour sur 25 ans de mandats et de nouvelles perspectives,  rejoignez-nous sur http://www.reinventonsplaisance.fr. Des surprises vous y attendent.

Les élus et l’équipe de “Réinventons Plaisance”
Hervé Legay, Catherine Leviaux-Navarro, Pascal Barbier

09 Mai 2013

Conseil municipal du 22 novembre 2012

Plusieurs délibérations et annonces apparemment anodines lors de ce conseil du 22 Novembre 2012, montrent bien l’improvisation et l’opacité de la gestion de notre commune.
1) Le vote de nouveaux emprunts, de 1 M€ et 600 k€, pour un taux élevé (4.45%), alors que la commune dispose d’une cagnotte de 4 M€, et que des rentrées financières sont attendues avec la dissolution du SIDEXE.

En 2011, les emprunts inutiles ont généré des frais financiers de 200 k€. Nous n’avons cessé de le dénoncer : Il existe aujourd’hui des mécanismes qui permettent aux collectivités locales de répartir la dépense sur plusieurs années, avec les financements nécessaires. La Chambre Régionale des Comptes nous a rejoints dans cette analyse. Il n’est donc pas nécessaire, comme le prétend le maire, de constituer une cagnotte préalablement à ces travaux. La constitution volontaire d’une cagnotte est même interdite, car le contribuable doit connaitre la destination de ses impôts.

villa-marie-guillaume

La villa Marie-Guillaume

2) La cession de la Villa « Marie Guillaume », 107 Avenue des Pyrénées, pour 267 k€, alors qu’elle avait été acquise pour 209 k€. La commune serait déficitaire dans cette opération, avec les frais d’entretien considérables.Mais le maire prétend le contraire, car la commune a touché une subvention du Conseil Général. Indument, puisque la maison n’a eu aucune affectation. Mme Leclerc, conseillère générale n’a pas relevé cette aberration.

 

L'emplacement de la future mairie: Un nouveau scoop

L’emplacement de la future mairie: Un nouveau scoop

3) Le Maire annonce le projet d’une nouvelle mairie près de la place Bombail. Une maison va être acquise rue des Tilleuls. Annonce subite, qui surprend aussi certains de ses colistiers. Elle montre l’improvisation et le défaut de concertation qui règnent à la gestion de notre commune.
Une dépense de plus de 650 000 €, pour être détruite par la suite…

 

09 Déc 2012

Conseil municipal du 24 octobre 2012

Les délibérations principales de ce conseil d’octobre sont essentiellement de nature financière :

• Une décision modificative pour le budget, montrant la nouvelle dérive des dépenses courantes (eau, assainissement, affranchissement, télécommunication…) ;
• Un nouvel avenant pour l’extension du complexe Monestié. Le Maire annonce maintenant que le coût final de ce projet sera 6.8M€ ;
• La réfection de l’école des arts sera aussi concerné par un nouvel avenant de 50 k€.

La dérive financière constatée sur l’ensemble des opérations nous consterne.

Par ailleurs, le maire réaffirme sa confiance dans le projet de Centre-ville, malgré les coûts importants d’installation pour les commerces (2 450 € le m2), et malgré la concurrence des pôles Bernadet et des Portes de Gascogne. Il confirme que les commerçants plaisançois bénéficieront de modalités spéciales, sans en préciser toutefois les contours.

bombail

Bientôt la démolition de la salle des Fêtes, une opération lourde… pour laisser la place à un projet de portée très limitée.

 

09 Déc 2012

Il n’est pas encore trop tard !

Cette avant-dernière rentrée du mandat municipal est la dernière pour agir… Nous adressons à l’équipe majoritaire quelques propositions pour mieux finir le mandat.

Les choix de développement :

Enfin rejoindre Toulouse Métropole et son dynamisme pour coordonner notre développement économique. Le concevoir autrement qu’autour d’un immense centre commercial d’un autre temps. Ne plus se décharger sur quelques opérateurs privés.
Reconsidérer La Geyre : Ne pas refaire l’erreur des Ocrelines.

Bouger sur les transports :

Offrir de véritables alternatives à la voiture pour permettre des économies substantielles.   Relancer le projet bloqué de voie bus réservée sur la D50. Améliorer l’offre (Bus express, desserte Ocrelines, coordination des bus arc en ciel et Tisséo). Penser le réseau cyclable avec les usagers. Favoriser le covoiturage et la mise en relation.

Pour consommer localement et créer du lien :

Reconvertir partiellement les Portes de Gascogne en un projet commercial dense avenue des Pyrénées (bientôt interdite à la circulation). Développer l’animation commerciale : réunir une commission associant élus, commerçants, et usagers. Associer les commerces aux évènements de la ville, organiser des évènements promotionnels.
Créer un événement culturel ou sportif majeur pour renforcer l’identité de la ville.

Pour notre cadre de vie et créer du lien :

Relier le Touch vers La Garonne par une voie verte. Lancer enfin le projet Birazel. Mettre les terrains communaux de la Béguère au service de tous par un projet d’agriculture de proximité et d’insertion.

Pour l’usager :

Ouvrir la mairie le samedi. Généraliser le télépaiement. Instaurer une démarche qualité pour l’accueil. Encourager les initiatives des agents municipaux et associations. Identifier un agent communal référent pour les personnes en situation de handicap.

Pour la gouvernance :

Commencer enfin l’Agenda 21. Mettre un processus participatif pour les décisions majeures, comme le vote du budget. Jouer la transparence. Diffuser par internet les conseils municipaux.
Et appliquer la promesse socialiste de non cumul des mandats. 4 mandats, c’est déjà beaucoup trop !

Hervé LEGAY, Xavier SMITH, Pascal BARBIER

19 Sep 2012

Conseil Municipal du 29 Mars 2012: Vote du budget 2012

Le conseil municipal du 29 mars 2012 portait essentiellement sur le vote du budget 2012.

Nous publions ici notre analyse de ce budget.

Dans cette note, nous motivons notre vote d’opposition au budget 2012, tant par une gestion
insuffisamment rigoureuse du budget communal, que par une programmation inappropriée des
investissements qui manque aussi singulièrement de transparence et de concertation.

28 Mai 2012

Visit Us On Facebook