Webzine

RÉMI, IL Y A 3 ANS…

Bien triste anniversaire en ce 26 octobre… il y a tout juste 3 ans, la vie de Rémi Fraisse s’arrêtait brusquement.
Nous pensons à lui.
Nous assurons son père, Jean-Pierre, notre collègue et ami du Conseil Municipal et toute sa famille de notre soutien.

Les élus et le Groupe RÉINVENTONS PLAISANCE

25 Oct 2017

Val Tolosa : Il est plus que temps de sortir de l’impasse

Ci-dessous, le texte de notre dernière contribution dans le magazine municipal SPOT de décembre 2015 :

Unibail bye byeIl y a plus de 15 ans naissait l’idée d’un gigantesque centre commercial destiné à concurrencer les grands équipements comme Blagnac, Roques, Saint Orens et surtout Portet. L’opposition manifestée dès cette époque n’a pas faibli depuis. Depuis 2008, RÉINVENTONS PLAISANCE considère ce projet nocif et appelle à sortir par le haut de cet imbroglio par la négociation, en recherchant en priorité l’intérêt pour notre commune. La majorité des élus socialistes du secteur et le Président du Conseil Départemental, bien qu’ayant appelé à voter pour M. Escoula en 2008 et en 2014, reprennent maintenant à leur compte cette position.

Les temps ont changé. Les habitudes de consommation aussi.

(suite…)

13 Jan 2016

Le bilan de 25 années de mandature…

Notre tract actuellement distribué est également disponible ici.
Il résume en quelque sorte tous les sujets et les dossiers sur lesquels nous avons travaillé durant la mandature qui s’achève.

27 Oct 2013

Coup de gueule !

La section plaisançoise du Parti Socialiste vient d’investir une cinquième fois Monsieur Louis Escoula pour les prochaines élections municipales.
Monsieur Escoula a obtenu 35 voix contre 21 pour Monsieur Rémi Demersseman-Pradel. Cette section va donc se mobiliser pour que Plaisance soit gouvernée pendant 31 ans par le même homme, connu pour une pratique très solitaire du pouvoir. Il avait pourtant promis lors de la dernière campagne qu’il passerait le relais à son successeur.

EscoulaCumul
Au-delà de cette aberrante contradiction avec l’orientation nationale sur le cumul des mandats, c’est un échec cuisant de la démocratie au niveau local. Le maire est incapable d’organiser le passage de relais et il refuse de céder sa place, alors qu’il  y avait pourtant des prétendants de qualité, dont l’un est notamment membre du conseil national du PS. Il y a aussi l’exaspération de plusieurs élus majoritaires : cinq d’entre eux ne participent plus au conseil municipal depuis plus de deux ans.
Cette désignation ne serait-elle pas finalement le reflet de la politique clientéliste du maire ? On peut se demander en effet jusqu’à quel point la section locale du PS est tenue par les réseaux et les proches du maire.
Les vrais électeurs socialistes, qui se font abuser à chaque élection municipale par l’étiquette socialiste, sont les vrais dupés de ce vote !

11 Oct 2013

Commerces en ville: il faut de l’ambition!

L’offre commerciale de centre-ville a nettement diminué entre 2008 et 2013, malgré les 7 M€ d’investissement de la commune sur le Carré Bastide. Le pôle marchand s’est déplacé en périphérie, vers le centre Bernadet, accoutumant encore plus les Plaisançois à l’usage de la voiture. De nombreux commerces ont fermé, et la menace de Val Tolosa empêche tout projet de reprise. L’avenue des Pyrénées se désertifie.
Dans le même temps, Val Tolosa reste empêtré dans des imbroglios administratifs, politiques et juridiques. Les mesures compensatoires ont été validées sur le périmètre du centre commercial, mais ont reçu un avis négatif pour les voiries. La rétrocession des routes par le Conseil Général est bloquée par de fortes oppositions politiques. La charge du financement de la bretelle d’accès va au final revenir au contribuable Plaisançois, qui a déjà beaucoup contribué. Et si ces difficultés sont résolues, des retours juridiques s’exerceront probablement, et pourraient finir d’achever ce projet commercial, devenu obsolète avant d’avoir vu le jour.

Redonnons une cohérence !

Il est temps de stopper cet entêtement et de sortir par le haut de ce blocage. Plaisance a le droit à son développement économique. Une autre voie est possible, qui répond en outre aux défis de Plaisance : relocaliser la galerie commerciale de Val Tolosa dans le centre-ville, réaliser des parkings de proximité à Bernadet et La Geyre, avec une connexion gratuite au centre-ville par des bus empruntant la voie du BHNS. La Bastide pourrait également être mise en valeur par un projet Art et Artisanat, valorisant ainsi les liens initiés avec les créateurs du salon, ainsi qu’avec les artistes installés sur la commune.

centre-ville

Ce projet résoudrait – stopperait – l’agonie du centre-ville, relierait les pôles commerçants, donnerait une nouvelle justification pour le BHNS. Il permettrait de réaffecter les terrains libérés pour un développement économique correspondant aux réalités d’aujourd’hui.
Ce projet nécessite une implication plus forte des élus. Il correspond aux nouvelles réalités urbaines, commerciales et économiques : Un projet de proximité, intégré dans la ville, créateur de lien. Ayons de l’ambition pour Plaisance !

Plus d’infos sur reinventonsplaisance.fr

Hervé Legay, Pascal Barbier, Cathy Leviaux-Navarro

01 Oct 2013

Quelle intercommunalité pour Plaisance ?

Depuis de nombreuses années, nous défendons le rattachement à la métropole, plus adaptée à la typologie de notre ville. Après avoir longtemps, dans la parole et dans les actes, prôné l’option inverse, M. Escoula a récemment évolué vers nos arguments. Il tente alors de justifier ses atermoiements : « Tant que nous sommes pauvres, nous rattacher à la métropole n’a pas d’intérêt, car si nous nous développons, nous devrons partager les fruits de notre développement ».
Au contraire : tant que nous sommes pauvres ,rattachons nous à la métropole. Nous pourrons alors bénéficier de l’efficacité de compétences mutualisés, et d’investissements inaccessibles tant que nous serons isolés. Nous estimons à 4M€ le manque de ressources chaque année lié à un mauvais choix d’intercommunalité.

La Communauté de Communes de la Save au Touch (CCST), dont M. Escoula est le président, est une coquille vide. Les compétences partagées de notre communauté de communes rurales sont sans impact sur la vie des Plaisançois. N’y figurent ni le développement économique, ni l’urbanisme, ni le transport. De plus, les mutualisations possibles ne sont pas mises en œuvre :
•    Équipements : Plaisance et La Salvetat ont construit séparément leurs cuisines centrales.
•    Tourisme et environnement : huit postes ont été créés pour un projet d’Agenda 21 qui reste embryonnaire.
•    Action culturelle et sportive : aucun projet structurant.
•    Communication : pas même un site internet

La Chambre Régionale des Comptes en 2010 s’interrogeait sur les ressources inemployées très importantes, préconisant de réajuster ses compétences. Elle dénonçait également l’improvisation financière. C’est donc logiquement que le préfet demandait sa dissolution.

En regard, Toulouse Métropole, c’est
•    Un budget de 100 M€ qui est mobilisé pour les transports,
•    Un urbanisme dessiné l’échelle de l’agglomération, garantissant cohérence générale et efficacité, et diminuant le risque de clientélisme et conflit d’intérêts,
•    Le cofinancement des infrastructures culturelles et sportives,
•    Une véritable politique de promotion touristique,
•    Des outils pour organiser le développement économique…

Les élus et l’équipe de “Réinventons Plaisance”
Hervé Legay, Catherine Leviaux-Navarro, Pascal Barbier
http://www.reinventonsplaisance.fr

06 Juil 2013

Une Gestion d’un autre temps

Les élus Réinventons Plaisance n’ont pas donné quitus au maire pour la gestion de la commune, pour de nombreuses raisons que nous détaillons dans le document d’analyse disponible ici . Concentrons-nous ci-dessous sur deux d’entre elles:

Le manque de planification et de visibilité à long terme

Comme tous les ans, plusieurs projets votés au budget de 2012 n’ont pas été réalisés. Pourtant, le financement correspondant (impôts, emprunts) a été mobilisé, générant près de 250 K€ de gaspillages en frais financiers. Au fil des exercices, c’est une cagnotte de plusieurs millions d’euros qui a ainsi été accumulée, alors que la ville souffre du manque de réalisations.
Au niveau des dépenses de fonctionnement, nous déplorons le manque d’investissement (isolation, rénovation du parc public, entretien) qui conduit à des dépenses élevées notamment en matière d’énergie, une trop faible utilisation des nouvelles technologies pour réduire les coûts et accroître le service à l’usager. Un personnel municipal largement constitué de contrats précaires doit alors pallier à ces déficiences.


Une politique féodale

Mais au-delà de cette gestion archaïque, c’est la vision même de la gouvernance de la ville qu’il faut remettre en question. Et surtout deux éléments fondamentaux : la démocratie et la coopération.
Le maire à Plaisance est un chef qui ne partage, ni ne délègue le pouvoir ; même pas aux conseillers. Les phases de concertation dans les grands projets ne sont que des exercices d’information sur des décisions déjà prises.
Longtemps nous avons entendu un discours qui prônait les mérites de la communauté de communes rurale à laquelle nous appartenons. « Intégrer la métropole Toulousaine conduirait à la perte totale d’autonomie de notre commune » !
Nous subissons aujourd’hui les conséquences de cette politique d’isolement: nous sommes incapables de lancer les grands projets dont nous avons besoin et qui auraient pu se faire depuis longtemps dans la mutualisation. Nous estimons à 4 M€ annuels le coût de notre isolement.
 

Pour le détail de cette analyse, le retour sur 25 ans de mandats et de nouvelles perspectives,  rejoignez-nous sur http://www.reinventonsplaisance.fr. Des surprises vous y attendent.

Les élus et l’équipe de “Réinventons Plaisance”
Hervé Legay, Catherine Leviaux-Navarro, Pascal Barbier

09 Mai 2013

Tribune politique: Janvier 2013

Nos réactions à l’annonce du maire de briguer un 5ème mandat.
Les prochaines élections municipales n’auront lieu, au mieux, qu’en mars 2014, dans plus d’un an
Le temps de la campagne électorale n’est pas encore venu : nous avons encore beaucoup de travail…


09 Fév 2013

Bonne et ré-inventive année !

elus

Le groupe RÉINVENTONS PLAISANCE transmet ses vœux les plus chaleureux à toutes les Plaisançoises et à tous les Plaisançois. En ces temps de crise, nous souhaitons construire ensemble pour retrouver le lien social et la solidarité, et pour orienter la politique municipale vers les réels besoins des Plaisançois. Petit retour sur 2012 :

(suite…)

06 Jan 2013

Il n’est pas encore trop tard !

Cette avant-dernière rentrée du mandat municipal est la dernière pour agir… Nous adressons à l’équipe majoritaire quelques propositions pour mieux finir le mandat.

Les choix de développement :

Enfin rejoindre Toulouse Métropole et son dynamisme pour coordonner notre développement économique. Le concevoir autrement qu’autour d’un immense centre commercial d’un autre temps. Ne plus se décharger sur quelques opérateurs privés.
Reconsidérer La Geyre : Ne pas refaire l’erreur des Ocrelines.

Bouger sur les transports :

Offrir de véritables alternatives à la voiture pour permettre des économies substantielles.   Relancer le projet bloqué de voie bus réservée sur la D50. Améliorer l’offre (Bus express, desserte Ocrelines, coordination des bus arc en ciel et Tisséo). Penser le réseau cyclable avec les usagers. Favoriser le covoiturage et la mise en relation.

Pour consommer localement et créer du lien :

Reconvertir partiellement les Portes de Gascogne en un projet commercial dense avenue des Pyrénées (bientôt interdite à la circulation). Développer l’animation commerciale : réunir une commission associant élus, commerçants, et usagers. Associer les commerces aux évènements de la ville, organiser des évènements promotionnels.
Créer un événement culturel ou sportif majeur pour renforcer l’identité de la ville.

Pour notre cadre de vie et créer du lien :

Relier le Touch vers La Garonne par une voie verte. Lancer enfin le projet Birazel. Mettre les terrains communaux de la Béguère au service de tous par un projet d’agriculture de proximité et d’insertion.

Pour l’usager :

Ouvrir la mairie le samedi. Généraliser le télépaiement. Instaurer une démarche qualité pour l’accueil. Encourager les initiatives des agents municipaux et associations. Identifier un agent communal référent pour les personnes en situation de handicap.

Pour la gouvernance :

Commencer enfin l’Agenda 21. Mettre un processus participatif pour les décisions majeures, comme le vote du budget. Jouer la transparence. Diffuser par internet les conseils municipaux.
Et appliquer la promesse socialiste de non cumul des mandats. 4 mandats, c’est déjà beaucoup trop !

Hervé LEGAY, Xavier SMITH, Pascal BARBIER

19 Sep 2012

Visit Us On Facebook