SCOT

Pour un nouveau SCOT !

Il y a un an, nous avions émis un avis critique sur le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) de la grande agglomération Toulousaine. Ce dernier a pour objectif de définir le profil de l’agglomération d’ici 2030, et d’organiser ses axes de développement.  

Le SCOT  se fonde sur trois grandes valeurs :
– une valeur sociale qui conduit à promouvoir une ville accessible à tous, confortant les liens de solidarité, proposant une offre de logements diversifiée tout en rapprochant les emplois, les services et les transports,
– une valeur économique qui conduit à structurer le développement et à maîtriser l’étalement urbain,
une valeur environnementale qui conduit à préserver et mettre en valeur le capital naturel, agricole et paysager, source d’attractivité et de développement du territoire. 

Nous aimons beaucoup la vidéo ci-dessous, diffusée par nos amis canadiens, car elle résume bien le schéma directeur dont le SCOT ferait bien de s’inspirer.

Elle traite également de tous les problèmes contre lesquels nous nous battons : les transports, l’étalement urbain inconsidéré, l’appauvrissement du commerce du centre-ville ou de proximité.

Cette vidéo laisse deviner également que l’équipe municipale actuelle de Plaisance du Touch est à l’opposé des orientations à prendre pour un développement durable de la commune.  On pense facilement à deux de ses projets : la cité des Ocrelines, et bien entendu les Portes de Gascogne.

Lire notre avis sur le SCOT  de l’agglomération toulousaine

Plus d’infos sur le site : http://www.onf.ca/film/saga_cite

13 Fév 2012

Conseil municipal du 13 octobre

Axe d’envol de Francazal

Peu de délibérations importantes à ce Conseil Municipal d’Octobre. La principale délibération porte sur la création d’un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, conformément à ce que stipule la loi.

Quelques échanges ont émaillé ce conseil :
  • Le Maire reconnaît le rôle très limité du SITPRT, syndicat intercommunal représentant les communes extérieures à la communauté urbaine du Grand Toulouse, et du Sicoval. Nous acquiesçons, mais observons que ce syndicat ponctionne près de 10% en frais de fonctionnement, ce qui est considérable pour un syndicat fantôme.
  • Le Maire informe le conseil de la création par le Préfet d’une commission environnementale autour du projet de Francazal. Cette commission est annoncée bien tardivement, alors que les dossiers sont bouclés. La véritable solution de concertation aurait été une Commission Nationale du débat Public, permettant d’associer la population dès les phases amonts du projet.
  • Le Maire annonce également que les maires des communes environnantes ont demandé d’être associés au projet d’aménagement autour du bassin de Francazal. Pourquoi cette demande est-elle exprimée seulement maintenant ? Car le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) vient d’être élaboré sans intégrer le projet de Francazal. Et ce dernier va tout bouleverser. Cette stratégie de contournement a permis aux maires avoisinants de conserver leurs droits à expansion urbaine, qui s’ajouteront à celles de Francazal, alors que le Grenelle de l’environnement impose de lutter contre l’étalement urbain. Mais la difficulté est économique : La surabondance de terrains urbanisables, du fait de l’émergence du projet de reconversion de Francazal, peut remettre en cause la rentabilité des projets immobiliers ;

19 Nov 2011

Contribution au SCoT de l’agglomération toulousaine


p-25C3-25A9rimetre-scot
Le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) a pour objectif de définir le profil de l’agglomération d’ici 2030, et d’organiser ses axes de développement. Ce document d’urbanisme s’imposera aux Plans Locaux d’Urbanisme des 117 communes du territoire.

 
Il affiche les objectifs suivants :
  • limiter l’étalement urbain par la promotion d’un concept de ville intense, dans laquelle 70% de la population doit être accueillie en priorité,
  • réduire le rythme du prélèvement de terres agricoles et naturelles au profit de l’urbanisation ;
  • stopper les concentrations commerciales, 
Mais leur déclinaison en mesures concrètes aboutit à un tout autre résultat ! Ce SCOT traduit la réelle difficulté des élus locaux à se confronter aux enjeux d’aujourd’hui. Même s’ils sont conscients des mutations à engager, ils ne parviennent pas à transcrire ces objectifs en faits. Perdurent donc les pratiques anciennes d’urbanisation galopante.
 
Lire notre avis

L’avis de Xavier Smith:
A l’attention de Monsieur le Président de la commission d’enquête publique sur le SCOT
Monsieur,

Je ne suis pas favorable au projet du SCOT sous sa forme actuelle. Je demande notamment une révision profonde du modèle d’urbanisation qui y est préconisé.

Nous constatons en effet que les communes en banlieue de l’agglo toulousaine, sommées à la fois de densifier l’habitat et de faire du « chiffre » en logement sociaux, n’ont d’autres choix que de confier des terrains vierges à des promoteurs qui y déploient un modèle d’une autre époque: ces programmes de constructions se concentrent malheureusement sur des zones situées en périphérie des centres urbains, qui sont notamment mal desservies en infrastructures.
D’un autre point de vue, ces programmes sont de bien piètres exemples en matière de mixité sociale.

Une approche plus judicieuse serait par exemple de combler les dents creuses (il en existe encore !) plus proches de Toulouse ou encore de rénover des pâtés de maison voire des quartiers existants. Ces programmes seront certes plus coûteux, mais ô combien mieux intégrés.Dit autrement, le SCOT vise la densification, mais favorise malgré tout un étalement urbain inconsidéré. Il nous parait pourtant souhaitable de protéger et conforter les espaces de nature encore existants; c’est une chance que nous avons de les posséder encore aujourd’hui dans la banlieue toulousaine.Plaisance du Touch n’échappe pas à cette règle, avec plusieurs projets en cours sur son territoire : La Geyre en est ainsi le parfait exemple, alors qu’un autre projet déjà construit – les Ocrelines – illustre parfaitement ce qu’il ne faut pas faire.Un impact fort concernera les transports. Certes, il est promis très rapidement un bus à haute qualité de service; c’est effectivement un moindre mal. Mais qui peut croire un seul instant qu’une seule ligne de transport en commun va absorber à elle seule un apport supplémentaire de 4500 habitants sur La Geyre, et plus de 2000 habitants sur le plateau de la Ménude ?

Pour information :
– En 2008, une 1ère étude avait diagnostiqué plus de 2000 voitures supplémentaires sur le trafic quotidien des 9000 voitures circulant sur la D632.
– En 2010, les chiffres sont revus à la hausse : plus de 3750 voitures pour un trafic de 10700 véhicules.
– Le 19 janvier 2011, le conseil municipal de Plaisance du Touch a émis un avis favorable avec réserve au PLU de Fonsorbes, qui prévoit un accroissement de plus de 3500 habitants à l’horizon 2015. Le trafic cité précédemment sera inévitablement revu à la hausse, et de manière significative.
Dans ce contexte, les conditions de transport dans l’Ouest Toulousain, déjà insupportables, vont se dégrader de manière dramatique. Le SCOT va donc rapidement nous mettre en situation de développer des voies rapides types 2×2 voies, à contresens d’une vraie logique de développement durable.Le 22 octobre 2009, le conseil municipal de Plaisance du Touch avait donné son avis sur le PDU. Il avait notamment précisé son souhait concernant la future D924 : « un boulevard urbain dont la vitesse sera limitée à 50 km/h »… Espérons que l’urbanisation promue par le schéma du SCOT ne lui fasse pas changer d’avis.Xavier Smith, conseiller municipal de Plaisance du Touch

 

27 Jan 2011

Conseil municipal du 19 janvier 2011

Ce premier conseil de l’année a débuté par l’annonce de la démission de Dominique Maurin, notre colistière. Dominique souhaite passer le relais, pour que d’autres colistiers se forment à la fonction de Conseiller Municipal.
 

Ce conseil était essentiellement consacré aux dossiers d’urbanisme :

  • PTU

    Le périmètre des transports

    Le Schéma de Cohérence Territorial, qui a pour objectif de définir le profil de l’agglomération toulousaine d’ici 2030, a fait débat. Nous partageons l’avis du préfet qui estime que le projet est basé sur une croissance par étalement urbain. Il ne soutient pas la justification de grands projets tels que La Geyre. La priorité aurait du être portée au renouvellement urbain sur des territoires déjà irrigués d’infrastructures de transport. Et l’extension à l’urbanisation de nouveaux territoires devrait être impérativement phasé avec la mise en œuvre de transports performants.

  • Le Programme Local de l’Habitat Intercommunal est également débattu. A la politique mise en œuvre qui se traduit par une concentration de logements sociaux dans des grands programmes isolés en périphérie de la ville, nous opposons une vision d’un habitat social réparti dans la commune et proche des équipements.
  • Une nouvelle série: « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » …  Elle commence par l’avis que Plaisance a rendu sur la révision du PLU de Fonsorbes… L’équipe municipale condamne l’extension à l’urbanisation, le non phasage avec les transports,… Un avis similaire à celui que nous avons rendu sur La Geyre !!!
Enfin, nous avons posé une question sur le Magazine SPOT, regrettant le manque de place accordée aux évènements des associations, et demandant que le magazine fasse une part plus équilibrée aux manifestations culturelles et sportives qui animent la vie de la commune. Par ailleurs, un grand nombre de Plaisançois nous ont informé ne pas avoir reçu l’expression des minorités, et demandons que l’expression des minorités fasse partie intégrante du magazine.

27 Jan 2011

Visit Us On Facebook