Finances

Conseil municipal du 31 Mars 2010

La séance du conseil municipal du 31 Mars était surtout consacrée à l’examen du Compte Administratif 2009 (la gestion de l’année précédente), et du Budget Primitif 2010. 

Compte-rendu détaillé ici.

06 Avr 2010

Débat d’Orientation Budgétaire (11 Février 2010)

Ce conseil municipal était principalement consacré au débat annuel d’orientation budgétaire. Les différents postes de dépenses de fonctionnement ont été présentés de façon claire, ainsi que les projets d’investissements retenus. Parmi les points importants à retenir :

• Des inquiétudes concernant les recettes :
– La somme des différentes dotations de l’état stagne depuis 2006 ;
– La Taxe Professionnelle est remplacée par des nouvelles cotisations. Des mécanismes de compensation sont mis en place les premières années. A plus long terme, ces nouvelles cotisations représenteront selon le maire 40% de la Taxe Professionnelle ;
– Les recettes fiscales communales vont donc être augmentées. La taxe d’ordure ménagère perçue par la communauté de communes étant baissée de 3%, l’incidence est réduite (10 € pour un foyer fiscal moyen)

• Sur les dépenses de fonctionnement :
-Une grande partie concerne les charges de personnel (environ 10 M€ /15 M€), qui augmenteront de 4,5%;
– Les charges générales sont de l’ordre de 3M€, et augmenteront de 4,2 %.
– Des évolutions sont attendues sur ces deux postes pour les budgets suivants, du fait de l’audit en cours et des économies d’énergies consécutives à l’emploi d’un thermicien ;

• Sur les investissements :
– Le projet d’un complexe Spectacle et Loisir à Monestié apparaît. Il devient prioritaire par rapport au projet de Médiathèque.

Le Budget sera voté le 31 Mars. Nous détaillerons ces différents points après réception des informations.

Un compte-rendu détaillé est consultable en cliquant sur ce lien.

18 Mar 2010

Conseil municipal du 26 mars 2009

Ce conseil était principalement consacré au vote du budget. Le budget est un acte important qui rythme la vie de la commune. Chaque année, les élus traduisent en chiffres leurs promesses électorales. C’est surtout le principal outil de mise en œuvre de la politique de la liste majoritaire.

Cette année, il faut bien avouer que nous sommes restés sur notre faim. Le budget de la ville est sans ambition. Il reproduit, presque à l’identique, celui de l’année précédente. Les projets que les Plaisançois attendent (sportifs, culturels) y sont quasiment absents. Le grand projet de l’année qui vient est l’aménagement du centre ville. Rappelons que 3M€ lui avaient déjà été budgétés l’an dernier : ce budget est resté intact. Pourtant, cette année encore, la commune envisage, comme l’écureuil, de mettre de côté une cagnotte de plus de 4,5M€. Rappelons que le total des investissements réalisés par la commune est de 6,5M€ en 2008.
Nous avons dénoncé cette frilosité. Nous ne comprenons pas que les impôts payés par les Plaisançois ne soient pas utilisés pour réaliser les équipements qui nous font cruellement défaut. Notre ville, de plus de 15.000 habitants, est équipée comme une petite ville de 5.000 habitants.

Nous avons également appelé à une gestion plus rigoureuse. Sur l’année écoulée, nous avons remarqué à plusieurs reprises des montants d’achats exorbitants, des dérives dans les investissements dues à de trop nombreux avenants, et des projets qui ne sont pas réfléchis dans l’intercommunalité. Comme le montrent ces deux projets séparés de cuisines centrales, réalisés à Plaisance et à La Salvetat, alors que ces communes sont associées dans une communauté de communes, présidée par notre maire. Enfin, nous nous sommes inquiétés que le projet d’Agenda 21 n’apparaisse pas dans ce budget.

De son côté, le groupe UMP a dénoncé un budget « particulièrement inquiétant » qu’il juge peu prudent. Il a demandé une meilleure maîtrise des coûts salariaux. Et il a également dénoncé l’augmentation de 1% qui a été décidée sur la taxe foncière.
Le groupe d’extrême gauche a, quant à lui, uniquement contesté l’absence d’une ligne budgétaire pour la création de jardins familiaux.

La seconde partie du conseil portait principalement sur le lancement d’études liées au projet d’aménagement du Centre Ville. Nous soutenons ce projet. Toutefois, le processus le met en danger : Les élus minoritaires sont exclus de la réflexion. Seul un nombre réduit de commerçants est consulté, ce qui crée un malaise important parmi les autres commerçants.

Notons également que le conseil a voté le lancement d’une nouvelle procédure de modification du Plan Local d’Urbanisme, avec l’objectif de faire valider cette révision en conseil municipal pour décembre 2009.

Nous avons enfin demandé, en question diverse, que les futures stations mises en place pour les passeports, ne mettent pas en danger le commerce local, très fragile. Nous avons demandé que la prise de photos ne soit pas actionnée. Le coût pour le Plaisançois s’alourdit certes de 7 euros (sur plus de 80 euros pour le passeport), mais cette somme s’amortit sur 10 ans. La commune réalisera quelques économies, du fait d’un allégement de tâches pour le personnel d’accueil. Elle évitera surtout de fragiliser l’activité du photographe, et permettra de dynamiser les commerces avoisinants. Le maire a demandé un temps de réflexion, pour consulter les maires des communes avoisinantes.

Un CR plus détaillé du conseil est consultable ici.

30 Mar 2009

Conseil municipal du 12 mars 2009: Note d’ambiance

Le conseil municipal du 12 mars a été assez court pour laisser place au débat d’orientation budgétaire. Peu de décisions importantes. Notons néanmoins la démission de madame Ruiz, pour des raisons de relations avec les services. Elle sera remplacée par Chantal Fischer. Parmi les attributions de marchés, notre groupe relève le montant exorbitant d’une étude visant à refaire le chemin intérieur des services techniques municipaux : plus de 15.000 euros. Le nouveau règlement intérieur des centres aérés est adopté. Le seul changement notable concerne les régimes à éviction (pour les enfants allergiques) qui ne sont désormais plus pris en charge par le restaurateur. Leur fourniture sera sous-traitée.

La partie la plus importante du conseil concernait la présentation détaillée du budget qui sera proposé au conseil du 26 mars prochain. Après un rappel des conditions générales d’une économie nationale en berne, le maire nous expose les différents désengagements de l’Etat aux dépends des collectivités territoriales, en particulier les communes.

Le Maire segmente la population plaisançoise en deux parties : Une population d’ingénieurs et cadres en activité, et une population de retraités à moindres ressources. Les premiers sont demandeurs de services. Les seconds de modération fiscale. Le Maire propose donc une hausse légère de la pression fiscale, essentiellement portée sur la taxe foncière (plus supportée par les entreprises que les autres taxes).

Les investissements lors de l’année 2008 ayant été réduits, la cagnotte s’est encore accrue. Les investissements prioritaires du budget primitif concernent l’entretien du patrimoine, la voirie, et quelques opérations comme une nouvelle crèche.

Pour notre part, nous faisons observer que Plaisance a un retard considérable en infrastructures, culturelles, sportives, et transports. Le budget doit refléter une réelle ambition pour y répondre. D’autre part, le budget peut être affecté de façon plus efficace, par une meilleure définition des projets, et en évitant les dépenses dispendieuses en entretien, générées par des bâtiments non adaptées à leur utilisation. L’exemple de l’école de Musique est flagrant. Au lieu d’investir des sommes colossales pour permettre un enseignement musical, nous proposons un projet d’école de musique à Monestié, permettant de revitaliser ce centre, et de le destiner à un pôle Jeunesse.

Le conseil se termine sur des questions diverses. Nous nous sommes inquiétés de l’ensemble d’immeubles en construction à la Ménude. Il est très isolé, et déconnecté de la ville.
Pourtant, ce projet comporte une composante de logements sociaux, qui s’adresse à des personnes à revenus modérés, et potentiellement aux moyens de déplacements limités.
Qu’est-il prévu pour éviter de créer un ghetto à problèmes, du fait de la concentration d’habitants et de leur isolement ? Le Maire répond qu’il est conscient du problème, que les lignes de bus seront intensifiées lorsque le projet de centre social et médical sera réalisé.

Un CR plus détaillé du conseil est consultable ici.

15 Mar 2009

Visit Us On Facebook